17/05/2015

Plonger à la suite des pêcheurs d’éponges

plongee-eponge.jpg

Dans les eaux chaudes et claires de l’océan Pacifique ou de la mer Méditerranée, d’autres plongeurs sont au travail. Depuis des siècles, hommes et femmes de certains villages côtiers cherchent d’autres trésors, naturels ceux-ci, nés dans les profondeurs des eaux : éponges ou corail, perles ou nacre.
Ce que ces pêcheurs accomplissent chaque jour nous semble à peine croyable. Ils - ou elles - s’enfoncent sous les flots, inlassablement, coulant à pic, entraînés vers le fond par une lourde pierre. Pour toute précaution, ils ont aspiré une grande  bouffée d’air frais. Et ils vont rester ainsi sous la mer, sans respirer, pendant deux minutes, trois minutes... et jusqu’à cinq minutes parfois. Ces pêcheurs plongeurs fouillent la rocaille des yeux pour y découvrir leur précieux gagne-pain. Puis ils crèveront la surface, dans un râle de soulagement, remontant de 30,40, 50 mètres de profondeur. Le temps de vider leur panier dans une barque, de reprendre souffle, et ils recommencent !

En 1983, un homme a réussi un véritable exploit en retenant simplement sa respiration, comme le font les pêcheurs d’éponges. En effet, le Français Jacques Mayol a pu atteindre ainsi la profondeur record de -105 mètres : la limite de la nuit éternelle sous la mer.

15:22 Publié dans Voyage | Lien permanent