17/05/2015

De magnifiques reportages sous- marins

Des cinéastes, des savants, des fermiers... et des plongeurs

plongeur-sous-marin.jpgA la télévision ou au cinéma, vous avez certainement déjà vu de magnifiques reportages sous- marins. Le long des parois escarpées des falaises englouties, vous avez admiré des bouquets d’anémones de mer, des branches de corail. Vous avez visité des grottes noyées ou des cales défoncées de navires naufragés en mer des caraibes.
Saviez-vous que pour filmer ces scènes extraordinaires, de longues semaines de plongée ont été nécessaires ? Qu’avant de filmer, les hommes ont dû s’habituer aux mouvements des eaux, aux courants qui les déséquilibraient sans cesse? Qu’ils ont dû aussi trouver mille astuces pour protéger leurs appareils de prise de vues, leurs projecteurs ? Et quelle patience pour suivre les migrations des poissons jour après jour, obtenir de bonnes images de leurs repas, de leurs pontes, de leurs chasses !

...et des plongeurs très spécialisés

Tandis que dans les eaux claires et accueillantes, cinéastes, savants, fermiers s’intéressent à la vie marine, de nombreux ouvriers spécialisés s’activent dans l’eau peu engageante des ports et des chantiers sous-marins. Certains recherchent et colmatent les fissures dans les coques des navires, remplacent les hélices accidentées. D’autres refont les soudures affaiblies par la rouille ou l’attaque des animaux marins. D’autres, enfin, consolident les piles des ponts ou réparent les soubassements des quais.
Ainsi, plongeurs et scaphandriers sont de tous les métiers. Toutefois, le plus souvent, ils ne s’enfoncent pas à plus de quelques dizaines de mètres sous les vagues. Au-delà de 100 mètres, des plongeurs mieux entraînés vivent une aventure encore plus périlleuse, encore plus pénible.



Qu’ils ont dû aussi trouver mille astuces pour protéger leurs appareils de prise de vues, leurs projecteurs ? Et quelle patience pour suivre les migrations des poissons jour après jour, obtenir de bonnes images de leurs repas, de leurs pontes, de leurs chasses !
Une passion aussi forte anime les savants qui étudient les mystères de la vie marine. Et beaucoup d’entre eux n’hésitent pas à plonger en Guadeloupe pour mener à bien certaines expériences, pour suivre certaines observations.
Ils mesurent la force des courants, prélèvent des échantillons d’eau, percent les secrets de la vie des algues, des coquillages, des étoiles de mer, des vers, des crustacés... Plus tard, grâce à leurs recherches, de véritables fermiers marins tenteront de nouveaux élevages ou de nouvelles cultures. Déjà, des tonnes de crevettes, de soles, de saumons, d’anguilles sont vendues sur les marchés de Pointe-A-Pitre.

Les commentaires sont fermés.